Séminaire Alain Badiou

L’Immanence des vérités (3): les vérités comme modes d’accès fini à l’infini
19 Octobre 2015
20h

Ce séminaire portera sur la relation créatrice entre le fini et l'infini, dans les quatre registres où existent des vérités : la science, l'art, la politique et l'amour. C'est pourquoi il combinera des explications conceptuelles et des exemples directement prélevés, par exemple, sur certains résultats mathématiques curieux, sur des productions typiques de l'art contemporain, notamment le théâtre, sur les situations politiques du moment, et sur l'état historique de la relation entre les sexes.

L’année dernière, nous avons surtout traité des modalités opératoires de la finitude, comme idéologie dominante : les différents moyens qui nous convainquent que vivre revient toujours à s’installer de façon passive dans le caractère inévitable de la finitude. Autrement dit, tout ce qui nous persuade que vivre, c’est accepter d’être le déchet fini de l’infinité des contraintes.
Pendant l’année 2015-2016, nous allons gagner le versant affirmatif, celui qui montre que le fini comme œuvre résulte toujours d’un accès à deux infinis distincts, dont le croisement, le frottement, engendrent précisément la dimension universelle d’un fragment fini. Nous le ferons en deux étapes : d’abord, l’examen critique du formalisme le plus profond de la pensée du fini, à savoir la théorie des ensembles constructibles. Ensuite, un premier parcours des registres de l’œuvre, sous l’angle de l’immanence de ce qui les constitue, à savoir la dialectique des vérités qui entrelace deux infinis et leur résultat fini : les sciences, les politiques, les arts et les amours.

Partager :

Biographie

Philosophe, dramaturge, essayiste, romancier, penseur politique, passionné de mathématiques fondamentales et de logique formelle, il est aujourd’hui considéré dans les universités du monde entier comme
l’un des plus grands philosophes français vivants. Dans les années 1960, il s’engage en politique et devient l’un des intellectuels les plus actifs du maoïsme français. Fidèle à ses convictions il reste aujourd’hui encore un ardent défenseur du Communisme. Il est actuellement professeur émérite de philosophie à l’École normale supérieure (Ulm) où il a fondé le Centre International d’Étude de la Philosophie Française Contemporaine.

SPECTACLES