questions à Romana Schmalisch et Robert Schlicht

I
Est-ce que tu fais du théâtre ?

In German, “mach doch kein Theater!” is what parents would bark at their children when they enact some excessive form of resistance, be it because they want something they cannot get or that they don’t want to do something they have to. So, in that sense, yes, we do make theatre !
En allemand, « mach doch kein Theater! » - « ne fais donc pas de théâtre ! » : c’est ce que les parents aboient à leurs enfants quand ils adoptent une forme excessive de résistance, que ce soit parce qu'ils veulent quelque chose qu'ils ne peuvent obtenir ou qu'ils se refusent à faire quelque chose qu'ils sont contraints de faire. Donc, en ce sens, oui, nous faisons du théâtre !

II
Si réponse a) Que veux-tu de lui ? Si réponse b) Qu’est-ce que tu ne veux plus de lui ? 

Alice : “We may give answers to both questions.” Bob : “But what if I don’t want to answer either?” A : “Then you just need to find a way to evade the question by pretending to say something else.” B : “Isn’t that what theatre does more often than not?” A : “It’s what we do here and now.” (Silence) A : “So you want theatre to give answers?” B : “Just like I do here and now.”
Alice : « On est autorisé à répondre à ces deux questions. » — Bob : « Mais si je ne veux pas répondre ni l’un ni l’autre… ? » — A : « Dans ce cas, tu as juste besoin de trouver un moyen d'éluder la question en faisant semblant de dire autre chose. » — B :  N’est-ce pas ce que le théâtre fait le plus souvent ? » — A : « C’est ce que nous faisons ici et maintenant. » (Silence) — A : «  Tu veux donc que le théâtre donne des réponses » — B : « Tout comme je le fais ici et maintenant. »

III
« On traverse un tunnel – l’époque », disait Mallarmé.
Qu’est-ce qui bouche le désir ? Comment du le débouches ?

Counter question : what are the common points between a telephone and a dachshund ? Name at least five of them in twenty seconds. Start now ! … … A question that is asked during a job interview intended to assess the interviewee’s creative potential. He is supposed to leave his standard frame of thinking for a moment. The applicant’s desire to get the job will make him try to answer the question to the best of his capabilities without questioning its relevance, sense or meaning. His desire blocks his capacity to criticism, even criticism of his own desire to put himself and his capacities at the disposal of an employer. This is a frame he is not supposed to leave, and which he will not leave until being aware of the fact that he is inside a tunnel carved by his comrades through the mountain of exploitation.
Une autre question : quels sont les points communs entre un téléphone et un teckel ? Citez-en au moins cinq en moins de vingt secondes. Top, c’est parti ! ... ... Voici une question posée au cours d'un entretien d’embauche, visant à évaluer le potentiel créatif du demandeur d’emploi. Il est censé quitter son cadre habituel de pensée pour un moment. Le désir du postulant à obtenir ce travail lui fera essayer de répondre à la question au mieux de ses capacités sans remettre en cause sa pertinence, le sens ou la signification. Son désir bloque sa capacité à la critique, même à la critique de son propre désir qui les fait se mettre, lui et ses capacités, à la disposition d'un employeur. Ceci est un cadre qu’il n’est pas censé quitter, et dont il ne sortira pas avant d'être conscient du fait qu'il est à l'intérieur d'un tunnel creusé par ses camarades à travers la montagne de l'exploitation.

IV
L’Amour ? La Beauté ? Tu les cherches encore ? Y a-t-il un endroit du monde où tu les accroches ?

To paraphrase Brecht: What do you do if you love something? We make a sketch of the thing and make sure that one comes to resemble the other. Which, the sketch? No, the thing.
Pour paraphraser Brecht : Que faites-vous quand vous aimez quelque chose ? Nous faisons un portrait de la chose et nous prenons soin que l'un en vient à ressembler à l'autre. Lequel, le portrait ? Non, la chose.

 

Partager :

SPECTACLES