questions à Gabriel Garran

I) Est-ce que tu fais du théâtre ?
a)oui  b)non

Oui, j’assume. J’y ai contribué là où nous sommes. Y revenir, c’est toujours tenter d’y donner sa réponse.

II) réponse a)Que veux-tu de lui?
Qu’il veuille encore de moi… Et qu’il m’éclaire sur le temps présent.
réponse b)Qu’est-ce que tu ne veux plus de lui?
L’absence de risque. Et les salles vides aussi…

III) «On traverse un tunnel - l’époque», disait Mallarmé.
Qu’est-ce qui bouche le désir?

C’est à qui excommuniera l’autre. Le tunnel est désormais à ciel ouvert. Il ne s’agit plus de le traverser. L’assassinat de masse rôde autour de nous. Lieu acharné de la parole vivante, le théâtre a pour vocation le regard critique et, si l’on parle de l’époque actuelle, la mise en perspective du maître mot : Résistance.
Comment tu le débouches?
La sollicitude…

IV) L’Amour? La Beauté? Tu les cherches encore?
L’Amour? Plus que jamais, même désespérément. 
La Beauté ? Le pessimisme de Dostoïevski ne l’a pas fait hésiter à dire que « La beauté sauvera le Monde ».
Y a-t-il un endroit du monde où tu les accroches?
Y a-t-il un endroit du monde pour les accrocher ?
La Poésie.

Partager :

SPECTACLES