Pièce d’actualité nº8 Institution

conçue et mise en scène par Marie-José Malis
14 Mars au 26 Mars 2017
mar, mer et jeu à 19h30, ven à 20h30, sam à 18h et dim à 16h
durée estimée 2h15 (Le spectacle est constitué de deux parties. Il proposera d’assister aux travaux de l’École dans sa deuxième partie, qui survient au bout d’une heure et qui peut être quittée librement. Chaque soir, la forme du spectacle change.
Pièce d'actualité n°8 - Institution
Pièce d'actualité n°8 - Institution @ Willy Vainqueur
Pièce d'actualité n°8 - Institution @ Willy Vainqueur
Pièce d'actualité n°8 - Institution @ Willy Vainqueur
Pièce d'actualité n°8 - Institution @ Willy Vainqueur

À Aubervilliers, à la Commune, dans un centre dramatique national, nous avons créé une école : L’École des Actes. Il y a là près de 200 inscrits. Des jeunes déscolarisés, des étrangers, des « migrants », des travailleurs précarisés, des habitants. Des intellectuels, des étudiants et des artistes. Ils cherchent : « travaillant à hauteur du désir de chacun et des principes nouveaux de bonheur, de paix et d’humanité qui manquent gravement dans le monde aujourd’hui », dit sa plaquette.
Puisqu’il y a des laissés-pour-compte dans le pays, c’est que le compte n’est pas bon. Un pays se mesure à son hospitalité : à savoir créer un monde où ce qu’implique la présence des étrangers, des fous, des pauvres, des jeunes en déliaison, n’est pas seulement leur exclusion hors du compte ou leur arraisonnement dans le compte. N’est pas la guerre qui leur est faite. Mais implique une autre manière de vivre, une autre conception de la vie, avec eux, poussée par eux, étendue par eux.
Un théâtre est un lieu où les manières de vivre se cherchent. Il fait hospitalité à ce qui manque ou ce qui est nié, porteur de bonheur pourtant. Il est le laboratoire d’une nouvelle subjectivité où l’amour du réel commande et fait naître les formes. L’hospitalité  est une méthode. Elle est aussi un gain : on s’y dépossède, on s’y réinvente de l’autre, et on s’en trouve plus humains. Ce sont des choses qui rendent les gens heureux. Ce sont des choses qui attestent qu’une collectivité est en forme, un pays en capacité d’étendre sa vision et sa fabrique d’humanité. Quand il y a un lieu pour ça : c’est l’Institution.

La patrie d’un peuple libre est ouverte à tous les hommes de la terre.
Les institutions ont pour objet de mettre dans le citoyen, et dans les enfants même, une résistance légale et facile à l’injustice.

Saint-Just

 

avec Pascal Batigne, Sylvia Etcheto, Ntji Coulibaly, Sandrine Rommel et les participants de l’École des Actes

Partager :

générique

conception et mise en scène Marie-José Malis 

avec Pascal Batigne, Sylvia Etcheto, Ntji Coulibaly, Sandrine Rommel et les participants de l’École des Actes 

création lumière Jessy Ducatillon
régie lumière Delphine Perrin
création et régie son Patrick Jammes 
scénographie Adrien Marès et l’équipe artistique
constructeurs David Gondal, Elsa Sanchez 
machinistes-constructeurs John Adrien, François Le Roux
avec la collaboration de Maxime Kurvers

 

production La Commune CDN d’Aubervilliers spectacle créé le 14 mars 2017 à La Commune. Remerciements la Préfecture régionale d’Ile-de-France, la Préfecture de département Seine-Saint-Denis, l’Office Français d’Immigration et d’Intégration (OFII), le Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET), le Ministère de la Culture et de la Communication (partenaires publics de l’Ecole des Actes), le Centre National de la Danse et Unis-Cité (partenaires de l’Ecole des Actes), la Fondation Vinci pour la Cité et la Fondation Veolia dans le cadre du programme «Cité Solidaire Aubervilliers». Le projet «Diotima – le travail est un chemin possible pour tous» de l’Ecole des Actes est cofinancé par le Fonds social européen dans le cadre du programme opérationnel national «Initiative pour l’Emploi des Jeunes».

Télécharger

SPECTACLES