La Mission, souvenir d'une révolution

de Heiner Müller mis en scène par Matthias Langhoff
11 Octobre au 20 Octobre 2017
MAR, MER ET JEU À 19H30, VEN À 20H30, SAM À 18H, DIM À 16H
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop
©Colin Dunlop

1989, le mur de Berlin s’effondre. À Paris, Matthias Langhoff – dont le travail bouleverse déjà la scène européenne – reprend La Mission d’Heiner Müller. Jouée quelques mois plus tôt au Festival d’Avignon, lors de la célébration du bicentenaire de la Révolution Française, la pièce provoque un choc inédit, un duel, où la mémoire de l’idéal révolutionnaire français se met à l’épreuve de son réel. Réel passé : la révolution face à la libération des esclaves noirs ; réel présent : quid d’elle en 1989 ? Or, voici à nouveau, pour Langhoff, la nécessité de (re-)monter La Mission. Galloudec, Sasportas et Debuisson, trois émissaires français chargés d’organiser le soulèvement des esclaves en Jamaïque, voient leur action brutalement interrompue par la disparition du gouvernement qui a ordonné leur « mission ». L’idée c’est que cette fois la pièce sera jouée par des apprentis acteurs boliviens, venus de l’École Nationale de Théâtre fondée par Marcos Malavia. Dès lors, comme souvent chez Langhoff, la pièce parle au nom de notre Histoire, résonant dans le présent. Une histoire qui confronte les difficultés que traverse la Bolivie dans sa tentative d’émancipation à la régression et confusion politiques que connaît la France.

avec Javier Ambol, Susy Arduz, Fernando Azoge, Selma Baldiviezo Casis, Alana Delgadillo, Jessie Gutierrez, Óscar Leaño, Antonio Peredo Gonzales, Ana Marcela Mendez, Marcelo Sosa, Gabriela Tapia (membres d’Amassunu, troupe permanente de l’École Nationale de Théâtre)

Partager :

Émission Contre-courant

Émission Contre-courant

Biographie(s)

Matthias Langhoff est l’un des grands maîtres internationaux. Il a dirigé le Berliner Ensemble et le Théâtre Vidy-Lausanne.  Héritier de Bertolt Brecht, d’Heiner Müller et du grotesque allemand, il effectue un travail intense sur les textes, n’hésitant  pas à multiplier les références, relier les classiques à l’actualité  et chercher la controverse. Son œuvre, qui a été accueillie pour  la première fois en France par le Théâtre de la Commune, en 1972, a profondément marqué le théâtre européen.

générique

scénographie Catherine Rankl
lumières et son Caspar Langhoff
assistant Carlo Sciaccaluga
régie tournée Mario Aguirre
administration  Mireille Brunet
production Marcos Malavia

production Escuela Nacional de Teatro
 de Santa Cruz de la Sierra
, Bolivie producteur délégué en France Sourous compagnie coproduction Théâtre de l’Union, Limoges - Comédie de Caen - Théâtre de la Ville, Paris - Théâtre des Célestins, Festival Sens Interdits, Lyon – Le Théâtre St Gervais, Genève – Compagnie Sourous
SPECTACLES