Cours de philosophie

18 Juin 2016
DE 15H A 17H30

Julien Machillot vous invite à son cours de philosophie qui se tiendra au théâtre de la commune entre le 30 janvier et le 18 juin 2016.  Il s’agira de travailler l’hypothèse d’une possible refonte de la philosophie de l’histoire pour notre temps, où puisse s’adosser la pensée des enjeux politiques contemporains.

 

Nous vivons sous le règne de l’historicisme. L’histoire n’existerait pas, sinon comme histoire des Etats, comme pur devenir empirico-contingent de rapports de force, de jeux de pouvoir et de jeux de langage. Par ailleurs, la notion d’histoire ne renvoie guère actuellement à autre chose qu’à un système de dissuasion intellectuelle de toute idée qu’autre chose est possible que ce qui est, où les monstres et démons de l’histoire sont autant de formes d’intimidation de toute absolutisation rationnelle positive de l’histoire ou de certains de ses éléments. L’historicisme, in fine, c’est le règne de l’absentement de tout concept philosophique d’histoire, c’est-à-dire de toute théorie moderne de la destination rationnelle de l’humanité vers une forme d’absolu.
Que l’histoire soit aujourd’hui le lieu d’une telle théorie de l’absolu, comme cela fût le cas lors de l’invention proprement dite du concept philosophique d’histoire au sein de l’idéalisme allemand, au début du XIXème siècle, cela n’a rien d’évident. Il se peut qu’un tel travail nous conduise à la rencontre d’une autre notion, pour l’heure encore inconnue. Mais ce qui est certain, c’est que ce dont notre temps a besoin, c’est de refonder une confiance dans la capacité de la pensée à trouer les savoirs et les opinions vers l’élaboration d’un absolu rationnel, où s’enracine la possibilité affirmative de construire sur de nouvelles bases un monde vivable et plus beau, à destination de l’humanité toute entière.
La nécessité d’un tel travail relève aussi pour moi d’un manque interne à la pensée politique contemporaine. Le tsiprasisme grec, notamment, a récemment montré l’inanité d’une figure de la politique se dressant ingénument au sein d’un tel évidement de l’expérience historique. Or, si deux siècles de politiques « révolutionnaires » ont avéré qu’il n’y a pas de sens de l’histoire, pas de rationalité téléologique de l’histoire, reste à montrer qu’il y a une rationalité intrinsèque des grandes expériences historiques de la politique, qui ne sauraient se résumer dans une analytique des « motivations siégeant au royaume de l’idéologie » : il y a une contingence orientée de l’histoire, qui m’amène à reconvoquer et examiner, à de nouveaux frais, la figure depuis longtemps considérée comme définitivement saturée et obsolète d’un principe de raison historique.   

Parcours général provisoire :
Dans ma première intervention, nous éprouverons d’abord l’étonnante et profonde proximité subjective de la nécessité actuelle d’un concept philosophique d’histoire avec le projet lucrétien d’une refondation romaine de la philosophie gréco-épicurienne de la nature, tel qu’il se donne à la lecture des premières pages de son grand poème philosophique : « de la nature des choses ». Nous traverserons ensuite l’écrit de Virginia Woolf : « une chambre à soi », livre qui, en plus d’être un véritable antidote au féminisme régnant, nous conduira, via l’hypothèse de Woolf quant à la figure historique de la sorcière, à déterminer une exigence interne au travail philosophique ou de pensée en temps d’oppression : la nécessité d’identifier, traverser et conjurer les figures menaçantes et destructrices de l’intériorité subjective pure, conséquences du caractère inassignable, en aucun ‘lieu’ du monde, de la fidélité à sa pensée et son désir. La séance s’achèvera, je l’espère, avec Victor Hugo : l’identification romanesque, dans « les misérables », du faubourg St Antoine de Paris comme lieu de l’histoire et, sur cette base, de l’alliance intellectuels/ouvriers comme condition de la politique (et point de butée de l’engagement personnel de Hugo). Ceci nous introduira dans les arcanes du rapport politique/histoire, qui sera traité en profondeur la séance suivante.

Il s’agira ensuite, dans les séances qui suivront, d’une part de voir comment histoire et politique se sont séparées dans les œuvres majeurs de la pensée politique (Marx, Lénine, Mao) et quelles conséquences en tirer dans l’hypothèse d’une refondation de la philosophie de l’histoire, d’autre part d’examiner comment les œuvres philosophiques, confrontées aux apories politiques et philosophiques du concept marxiste d’histoire, ont traversé pour leur propre compte l’enjeu d’une reformulation de la philosophie de l’histoire dans un double enjeu d’intelligibilité de l’histoire (Sartre) et de pensabilité de la politique (Althusser), et quelles conséquences en tirer pour aujourd’hui.

Matériau :  
Chacune de mes interventions sera basée sur des extraits d’œuvres philosophiques, politiques, poétiques ou autres ; des photocopies des extraits travaillés seront systématiquement distribuées au début de la séance. Voici la liste, non définitive, des œuvres d’où seront tirés les extraits : Lucrece (de la nature des choses), Leibniz, Hegel (la raison dans l’histoire), Sartre (critique de la raison dialectique : l’intelligibilité de l’histoire), Althusser (Montesquieu, la politique et l’histoire ; le courant souterrain du matérialisme de la rencontre) ; Alain Badiou (l’être et l’événement), Marx/Engels (manifeste du parti communiste), Lénine (que faire ?), Mao tse toung (de la contradiction), Louis Ménard (prologue d’une révolution), Victor Hugo (les misérables, histoire d’un crime), Virginia Woolf (une chambre à soi), Dante (la divine comédie), Mandelstam…

Dates des interventions, les samedis de 15h à 17h30
30 janvier - grande salle de La Commune
20 février - grande salle de La Commune
5 mars - salle des quatre-chemins, 41 rue Lécuyer Aubervilliers - séance annulée

2 avril - salle des quatre-chemins, 41 rue Lécuyer Aubervilliers
21 mai - salle des quatre-chemins, 41 rue Lécuyer Aubervilliers
18 juin - salle des quatre-chemins, 41 rue Lécuyer Aubervilliers

Partager :

Émission Contre-courant

émission Contre-courant
SPECTACLES