Ciné-Goûter Baby-Sitting

Les aventures du prince Ahmed
31 Janvier 2016
16 HEURES

Pendant que les parents sont au spectacle, les enfants goûtent au bar de La Commune puis vont au Cinéma Le Studio.
Les enfants sont accompagnés par les équipes d’accueil du théâtre et du cinéma.

un film d’animation de Lotte Reiniger 1926, durée 1h05
à partir de 3 ans

Les Aventures du prince Ahmed :
un chef-d'oeuvre historique du film d'animation sur les écrans

En 1926, onze ans avant que Walt Disney n'impose l'idée qu'il avait réalisé, avec Blanche Neige, le premier long métrage d'animation, Lotte Reiniger terminait en Allemagne un film d'une heure et sept minutes réalisé en papier découpé. Inspiré des contes des Mille et Une Nuits, Les Aventures du prince Ahmed, qui ressort cette semaine sur les écrans dans une version magnifiquement restaurée, est le premier long métrage d'animation européen, et le deuxième de toute l'histoire du cinéma - le premier étant un film argentin, aujourd'hui perdu, El Apostol, de Quirino Cristiani.

La technique était relativement simple, et guère différente, seulement un peu plus artisanale, de celle qui préside aujourd'hui à l'animation traditionnelle en deux dimensions. Mais, pour obtenir le résultat envoûtant auquel est parvenue Lotte Reiniger, elle exigeait un travail de précision inouï.

Le film est conçu à partir de silhouettes découpées, articulées aux épaules, aux coudes et aux hanches et animées à l'aide d'un bâton. Elles sont posées à plat sur une feuille de papier transparent qui repose elle-même sur une table trouée en son milieu, et recouverte d'une vitre. Ainsi disposées, les poupées sont filmées dans différentes positions, image par image, sur des fonds de couleur. Il aura fallu pas moins de trois ans à Lotte Reiniger et à son équipe pour fabriquer les trois cent mille images nécessaires pour son film.

FOISONNANT DE DÉTAILS
Injustement effacé de la mémoire du cinéma, Les Aventures du prince Ahmed est pourtant un joyau du genre, qui triompha auprès du public lors de sa sortie, et suscita l'admiration de nombreux artistes de l'époque, parmi lesquels René Clair, Jean Renoir ou encore Louis Jouvet. La version restaurée est mise en musique avec la partition originellement commandée par la réalisatrice à Wolfgang Zeller, et intègre, pour lire les intertitres en français, la voix de l'actrice allemande Hanna Schygulla.

Le film se déploie comme un théâtre d'ombres chinoises raffinées foisonnant de détails, de robes en dentelle, de moucharabiehs, de dragons qui propulsent le spectateur dans un ailleurs merveilleux où les climats visuels varient de l'abstraction géométrique à l'expressionnisme.

Construite en cinq actes, naviguant entre la ville du calife, l'île merveilleuse de Wak-Wak et l'empire de Chine, l'histoire est à dormir debout, et c'est tant mieux. Car la splendeur visuelle et la poésie qui s'en dégagent se nourrissent au lait de cette folie narrative.

LE MONDE | 07.12.2007 Par Isabelle Regnier

 

Partager :

Émission Contre-courant

émission Contre-courant
Les aventures du prince Ahmed, Les aventures du prince Ahmed, Les aventures du prince Ahmed, Les aventures du prince Ahmed
SPECTACLES